Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

KHARTOUM : HISTOIRE D'UN HOMME HORS DU COMMUN

 

karthoum 1.jpg

L’affiche française du film, telle que les spectateurs la découvrirent en 1966 !

Dans le cœur de nombreux admirateurs de l’acteur-artiste qu’est Charlton HESTON, un film comme Khartoum semble occuper une place particulière car il est le premier rôle de britannique dans sa pourtant déjà longue carrière, et c’est également son premier film à disposer d’un casting totalement anglais : on y trouve en effet Laurence OLIVIER, Ralph RICHARDSONNigel GREEN, Richard JOHNSON (rien que ça !), pour encadrer CHUCK dans le rôle de Charles GORDON, dit " le chinois ", figure historique légendaire pour les Anglais, au même titre que Laurence d’Arabie plus tard. Ce Charles GORDON, qui avait servi en Crimée, bataillé pour l’empereur de Chine, réussi à supprimer l’esclavage au Soudan et, en général obéi pendant toute sa carrière à ses propres règles plutôt qu’à celles de l’establishment militaire britannique, ne pouvait qu’intéresser l’homme HESTON, lui-même admirateur de ces fortes individualités qu’il appelle « the extraordinary men ».

khartoum 4.jpg

L’excellent Richard JOHNSON dans le rôle du colonel STEWART, adjoint de GORDON. Ce fut le début d’une grande amitié avec CHUCK, et ils tournèrent encore quatre fois ensemble.

Quand il reçoit le script de Khartoum, il pense d’abord refuser ce nouveau projet épique car il sort d’une longue période en costumes et ne veut pas replonger dans un énième film spectaculaire. C’est le scénario extrêmement précis et documenté de Robert ARDREY qui va le décider à changer d’avis. Il découvre peu à peu derrière la façade de l’officier rigide et loyal, un personnage plein de profondeur et d’humanité, un chrétien mystique pour qui la solution militaire ne suffit pas, et que n’effraie aucunement la peur de la mort, mais celle de l’échec. Mieux informé sur l’homme GORDON et fasciné par le courage d’un homme capable de se sacrifier pour une cause qu’il trouve juste, CHUCK va, avec le professionnalisme qu’on lui connaît, totalement s’approprier l’allure, le visage et la voix d’un officier anglais de la fin du XIXème siècle, s’astreignant à un coaching vocal très pointu pour que son accent anglais, et non celui d’un américain, se rapproche de la perfection. Ce souci d’authenticité sera d’ailleurs très apprécié en Angleterre, où le film fera plus tard un très gros succès.

Cependant, si GORDON est la figure principale de son scénario, Robert ARDREY a eu l’excellente idée de lui opposer un protagoniste à sa mesure, choix dicté par le simple respect de la vérité historique, puisque GORDON ne fut envoyé à Khartoum que pour contrer la révolte locale menée par un « fou de Dieu » très en avance sur ceux de notre époque, un homme du désert qui se faisait appeler le « Mahdi » (celui qu’on attendait), et qui projetait de porter la parole du prophète dans toutes les mosquées d’Orient. Pour jouer ce personnage tout aussi habité par sa foi que l’était GORDON, le plus grand acteur anglais de l’époque, Laurence OLIVIER, s’imposait comme un choix évident. Barbu, grimé, et s’étant pourvu d’une diction arabisante totalement différente de son phrasé habituel, OLIVIER sera un adversaire et un concurrent de premier choix pour CHUCK, qui dira avoir beaucoup appris de leur rencontre.

khartoum 3.jpg

« Le jour où l’empereur de Chine cessera d’être un infidèle, j’accepterai ce cadeau somptueux. » Voilà ce que dit le « Mahdi » (Laurence OLIVIER) à GORDON (Charlton HESTON), lors de leur première entrevue. Dans la réalité, les deux hommes ne se rencontrèrent jamais.

Un autre aspect important du scénario est le refus absolu de ARDREY de tomber dans le piège du film de prestige à la gloire de l’empire britannique. Il dénonce au contraire l’hypocrisie d’un système prêt à tout pour défendre ses intérêts dans le canal de Suez, mais surtout pas à secourir une population en danger, quitte à sacrifier GORDON sur l’Autel de leurs bonnes intentions. Vision clairvoyante et très avant-gardiste, surtout pour un film destiné à un grand public. Ralph RICHARDSON, parfait dans le rôle de GLADSTONE, incarne avec brio les contradictions de l’homme politique tiraillé entre ses sentiments personnels et la raison d’Etat.

khartoum 2.jpg

Arrivée de GORDON à Khartoum, accueilli comme un sauveur. Cette scène émut grandement CHUCK et lui rappela l’entrée dans Valence lors du tournage de « EL CID ».

Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de KHARTOUM un grand film : le sujet, le scénario, les interprètes et, pourtant, une légère frustration demeure quant au résultat final. La cohérence et la rigueur ne fait jamais défaut à ce film, la reconstitution est de qualité, la musique de Franck CORDELL est envoutante… On peut juste regretter qu’avec un tel projet, un metteur en scène comme Anthony MANN ou David LEAN n’ait pas été aux commandes plutôt que le trop sage Basil DEARDEN. Ce cinéaste de la qualité anglaise (1911-1971), n’était peut-être pas l’homme qu’il fallait pour donner à Khartoum le souffle épique nécessaire. Très à l’aise dans les scènes d’intérieur et la direction d’acteurs, il l’est moins quand il s’agit d’animer l’écran par du mouvement et du rythme, même si la seconde équipe menée par Yakima CANUTT fait plus que le job. D’ailleurs, CHUCK dira lui-même de son travail : « je crois pouvoir dire que c’est le seul film que je considère comme très bon, dont je pense que la réalisation n’est pas la qualité principale ». On ne peut qu’approuver cette lucidité, surtout quand on connaît le degré d’exigence du personnage.

khartoum 5.jpg

Dénouement tragique du film : fidèle à ses convictions, GORDON refuse de se défendre et fait face aux fanatiques, armé de sa badine et de son seul courage.

 

Tourné de manière logistiquement complexe mais sans réelles difficultés, en partie en Egypte, puis en Angleterre, KHARTOUM sera un très grand succès en Grande-Bretagne (ce qui suffira d’ailleurs à couvrir les frais de production), mais fera un score moyen aux USA, où le public habituel de CHUCK sera désemparé par ce personnage. Déçu par le résultat commercial global, CHUCK n’en conservera pas moins une affection sincère à ce film tout sa vie. On peut le comprendre, car c’est un de ses plus beaux rôles, où il fait preuve d’une finesse de jeu exemplaire pour camper cet être complexe à la fois orgueilleux, généreux, et habité par une foi inébranlable.

Auteur : Renaud
Script-girl : Cécile

 </p

Commentaires

  • Bravo il nostro Renaud
    siamo perfettamente d'accordo su questo film e questa interpretazione. Effettivamente Chuck non si contentò di acquisire la pronuncia britannica dell'inglese, quello che in genere viene definito "King's English", ma cercò di riprodurre la cadenza dell'inglese alla fine del XIX secolo.
    il film è certamente un gran bel film e come al solito si avvale di una grande interpretazione da parte di Chuck come anche da parte di Richard Johnson. Quello che invece mi convince di meno è proprio Laurence Olivier, convinto forse che il Mahdi doveva parlare inglese come un suddito dell'impero britannico, esagerando sul versante esotico del linguaggio.
    E' un po' di tempo che non rivedo "Khartoum", ma mi sembra di ricordare come una certa rigidezza e un tono un po' gelido, per cui sembra che il povero Gordon, nonostante il suo viaggio all'inferno dell'autodistruzione, non riesca a coinvolgere lo spettatore. Gordon il Cinese, come lo chiamavano i suoi contemporanei, era un bel mistero. Credente sino all'autoimmolazione o fanatico del suo status militare da non accorgersi che per i politici come Gladstone la sua vita era del tutto sacrificabile, visto che altro non era se non un gesto?
    Rivedrò Khartoum e cercherò di capire se nella interpretazione Heston è riuscito a far filtrare quella disperazione del tutto umana che pure deve aver toccato l'animo del "Cinese" quando capì di essere solo contro il suo nemico, come un martire cristiano davanti ai leoni del Colosseo (lo so che non ci sono mai stati martiri cristiani al Colosseo, era per fare un esempio). Grazie comunque Renaud per le gentili parole che hai speso per il mio racconto degli Anni della Crisi (1965-1968). A seguire un analisi di 3 piccoli grandi film 1968-1973 : gli anni della lucidità.
    Maria Russo Dixon

  • Bravo à notre Renaud

    Nous sommes entièrement d'accord sur ce film et cette interprétation. En fait, Chuck ne se contente pas d'acquérir la prononciation britannique de l'anglais, ce qui est généralement appelé "Inglese du Roi», mais il a essayé de reproduire la cadence de l'anglais à la fin du XIXe siècle.

    Le film est certainement un grand et beau film servi comme d'habitude, par une grande interprétation de Chuck et aussi celle de Richard Johnson. Ce qui me convainc bien moins par contre, est vraiment celle de Laurence Olivier, convaincu peut-être que le Mahdi devait parler anglais comme un sujet de l'Empire britannique, en exagérant sur le côté exotique du langage.

    Il y a longtemps que j'ai vu "Khartoum", mais il me semble me souvenir d' une certaine rigidité et d'un ton un peu glacial, il semble donc que le pauvre Gordon en dépit de son voyage dans l'enfer de l'autodestruction, ne réussit pas à impliquer le spectateur.

    Gordon le Chinois, comme il était appelé par ses contemporains, était un beau mystère. Croyant même à l'auto-immolation ou fanatisme de son statut militaire, il n'a pas remarqué que pour des politiciens comme Gladstone sa vie était entièrement sacrifiable, vu qu'il n'y avait rien d'autre à faire, sinon un geste?

    Je dois revoir " Khartoum " et essayer de comprendre si dans son interprétation, Heston a réussi à faire filtrer le désespoir de tout humain qui doit aussi avoir touché l'âme du «Chinois» quand il savait qu'il était seul contre son ennemi, comme un martyr chrétien devant les lions du Colisée (je sais qu'il n'y a jamais eu de martyrs chrétiens au Colisée, c'était juste un exemple).

    Renaud merci quand même pour les paroles aimables que vous avez écrites sur mon histoire des années de crise (1965-1968). Après une analyse des 3 grands petits films 1968-1973: les années de lucidité.

    Maria Russo Dixon

Les commentaires sont fermés.